Type and press Enter.

Geikos, le symbole de Kyoto

Japan-Tore

Je ne suis allée à Kyoto que pour une escale de 24 heures, mais j’ai eu la chance d’avoir une collègue japonaise, Akina, qui nous a proposé de nous faire visiter et d’être notre « guide » pour la journée. Le Japon est un pays qui éveille ma curiosité et le fait d’avoir une personne locale à mes côtés m’a permis d’approfondir ma connaissance de ce pays et de sa culture.

Nous étions dans un hôtel à Osaka et nous avons pris le train pour Kyoto. Quand nous sommes arrivées, j’ai eu le sentiment d’être dans un autre monde, le Japon traditionnel et ancien comme on l’imagine. En effet, Kyoto est la troisième plus grande ville mais aussi l’une des plus anciennes. De plus, Kyoto est le lieu d’origine des Geishas et Kamishichiken est le plus ancien district de Geisha.


One Second - Japon - Kyoto - Tenue Kimono

Habillée en Geisha

Plus nous marchions dans la ville et vers Fushimi Inari Taisha et le Palais Impérial de Kyoto, plus nous voyons des gens (locaux et touristes) vêtus de kimonos. Akina nous a expliqué que l’on pouvait acheter (neuf ou d’occasion) ou louer des kimonos. Vous pouvez aussi vous faire relooker en geisha pour une expérience encore plus unique.

J’ai choisi la première option parce que mon temps était limité. Il peut être très frustrant d’être dans un pays aussi étonnant et mystérieux et de n’avoir que quelques heures pour le visiter. C’est pourquoi je voulais en voir le plus possible. Nous sommes entrées dans un magasin et j’ai acheté un kimono d’occasion ainsi qu’une épingle à cheveux. Je n’étais pas convaincue de ma capacité à marcher avec des pokkuri-geta, les sandales traditionnelles, alors j’ai abandonné cette idée.

Toutes vêtues de nos kimonos, nous avons poursuivi notre visite dans les petites rues de Kyoto.

One Second - Japon - Kyoto - Veritable Geiko

La vie d’une Geisha

Je me suis vite rendue compte que les gens avaient un grand respect pour les geishas. Devenir et être une geisha n’est pas quelque chose de facile et c’est un choix qu’elles font pour le reste de leur vie. Autrefois, les parents envoyaient leurs filles aux okiyas, mais aujourd’hui, c’est différent.

Lorsque vous vous entraînez pour devenir geisha, vous n’avez pas le droit d’utiliser votre téléphone portable ou de regarder la télévision, vous n’avez pas de temps libre avec vos amis ou votre famille sauf deux ou trois fois par an. C’est difficile. Vous devez être dévoué.

Pour ces raisons, Kamishichiken ne reçoit que quelques candidatures par an et il est difficile pour cette industrie de survivre à la modernité de notre monde même si elle essaie de s’adapter et de trouver le juste équilibre entre la tradition et les changements de notre monde en constante évolution.

Être une geisha n’est donc pas facile, il s’agit d’un monde fermé qui demande des sacrifices. Néanmoins, dans un pays où l’inégalité entre les sexes est assez élevée, l’industrie des geishas est dirigée avec succès par des femmes.

One Second - Japon - Kyoto - Veritable Geisha

Geiko

Je dis « Geisha » depuis le début de cet article car c’est le nom le plus commun pour ces femmes hors du commun. Cependant, à Kyoto, contrairement à n’importe quelle autre partie du Japon, on les appelle « Geiko ». De même, les jeunes femmes qui sont encore dans leurs années d’apprentissage sont appelées « Maiko ».

One Second - Japon - Kyoto - rue kyoto

Un monde fermé

Une autre chose que vous devriez savoir avant de voyager à Kyoto et de planifier votre expérience « Geisha » est que vous ne pouvez pas simplement entrer dans une ochaya ou okiya (maison à laquelle une Geisha est affiliée, son nom est toujours mentionné sur un panneau à côté de la porte de l’okiya). En effet, selon la tradition, vous avez besoin d’une invitation.

Même si cette pratique a entraîné le déclin de l’industrie au cours des dernières décennies, ce code de conduite est strictement respecté à Kyoto. Cependant, pour adapter et maintenir cette industrie, vous avez maintenant des consultants qui sont chargés de présenter les touristes aux Geikos afin de respecter la tradition.

Qu’en pensez-vous ? À mon avis, c’est génial. Quand je visite un pays, je recherche une expérience authentique et non un piège à touristes. S’il faut un peu plus d’efforts ou d’argent pour faire l’expérience d’une rencontre unique et authentique avec la population locale, alors je suis pour et j’encourage cette pratique.

Comme vous l’avez probablement constaté, le monde des Geishas est plein de règles et de traditions et je n’en ai pas couvert la moitié. J’ai encore beaucoup à voir et à apprendre sur le Japon et nous espérons voyager très prochainement dans ce merveilleux pays.


Nous serons heureux de partager nos expériences avec vous, alors n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires ci-dessous. Dites-nous si vous aimez cet article et votre expérience, cela nous fera plaisir d’avoir de vos nouvelles !

One Second-Paulyne
written by Paulyne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.